clodelle45
  • Auteur : clodelle45
  • Inscription : Il y a 6 ans
  • Publications : 687
Voir les auteurs Obiwi
Tous les auteurs Obiwi
Ecrire à cet auteur
People

Printemps de Bourges 2012 : bien le bonjour de Bénabar !

Note : 4 (3 notes)   |  Noter
Noter cet article : 
Le 25/04/12 - Lu 800 fois - 0 commentaire
Lecteurs d’OBIWI, Bénabar vous dit bonjour! Trac, création, théâtre, cinéma, Demeurer politiquement correct face au feu des questions n’exclut pas l’humour, en voici la preuve...
Crédit photo Clodelle Crédit photo Clodelle Crédit photo Clodelle
Crédit photo Clodelle
Crédit photo Clodelle
Crédit photo Clodelle
1 / 3 medias
Trois victoires de la musique, dix ans de chansons, des salles combles, Bénabar est toujours aussi populaire. "Les bénéfices du doute", cartonnent, et c’est un chanteur décontracté qui ouvrira dans quelques heures les festivités sur la scène du Phénix. Avec parfois une pointe d'humour pour demeurer dans le politiquement correct, voici ses réponses au feu nourri des questions.

Comment s’effectue la transition Festival de Bourges/tournée ?
Lorsque l’horaire de passage sur scène me le permet j’en profite pour aller écouter d’autres artistes. Ouvrir un festival donne tout à coup un côté récré, mais pas que...
La tournée s’est terminée cette semaine. Pour ce soir nous allons retravailler le timing sur scène. Après plusieurs heures de musique, le public manquera un peu de concentration. Il faut bouleverser ses habitudes afin d’être plus percutant, plus efficace pour capter l’attention.

Peut-on créer autour d’un Festival ?
Entendre d’autres musiques est toujours source d’inspiration, particulièrement à Bourges car ce Festival créé depuis des décennies a vraiment "une âme". Aujourd’hui on privilégie trop souvent le côté pratique au détriment du côté festif si savoureux, si magique.

Le trac est-il un moteur nécessaire ?
Je ne connais pas vraiment le trac. Je ressens plutôt une excitation que j’arrive toujours à gérer.

Compliqué de se renouveler scéniquement ?
C’est une obligation. En sept ans beaucoup de choses ont changé pour moi: des choristes sont apparues, le décor est beaucoup plus élaboré, plus volumineux aussi. Vous découvrirez tout cela ce soir!

Donc besoin d’être entouré sur scène ?
Oui maintenant plus que jamais. J’ai toujours eu un penchant pour ce qui est festif, les cuivres, le registre Négresses vertes.

Le théâtre était un défi ?
Non plutôt une opportunité mais il ne faut pas accepter n’importe quoi. J'essaie d'être à la fois humble et exigeant, d'avoir le respect du public et du réalisateur, car il y a des limites à la prise de risque. Quand on fait ça pour les impôts, et qu'on se bloque un bide, c‘est "moche". Quand on travaille avec tout son cœur et que cela ne fonctionne pas, on a juste l’air con mais personne ne vous en veut !

Etre acteur enrichit ?
Le théâtre implique de poser la voix, de faire travailler la mémoire. Et surtout il est clair que j’ai changé, même s’il est encore difficile de percevoir clairement ce qui transparaitra à l’avenir, en particulier dans mes textes.

La forme d’art qui l’éclate le plus ?
Surtout la chanson. Plus je vieillis, plus je deviens auteur, plus j’aime écrire. Mais je ne nie pas que tourner un film ait été gratifiant. Jouer un rôle, faire partie d’une troupe c’est plutôt excitant, non ? La comédie musicale serait une bonne alternative. Le fantasme Starmania existe mais c’est un exercice périlleux.

Michel Berger disait que si une chanson n’est pas aboutie après trois minutes, ce n’est pas la peine de continuer…
Je ne connaissais pas cette citation, moi je suis plutôt laborieux. Ecrire est mystérieux, il faut que l’étincelle amène à un souffle. Tel un chercheur d’or je traque la pépite musicale.

Que vouliez-vous faire à 17 ans ?
Plutôt être scénariste mais en écrivant des textes pour mes chansons je réalise une partie de mon rêve.

Des exigences en loge ?
Oui, je demande de la cocaïne, des capotes et des fraises... hélas mes musiciens ne me laissent que les fraises !

Une chanson favorite dans son répertoire ?
Je ne suis pas mon plus grand fan. Quand je chante sur scène, je suis parfois fier, parfois dégouté ! J’écris tout le temps, finalement ce sont les chansons encore "sur le feu" qui me motivent vraiment.

Qui choisit les chansons à interpréter sur scène ?
Je décide seul. Il faut une quinzaine de dates pour que tout soit vraiment calé. Et parfois c’est bien de ne plus jouer certaines chansons pour mieux les reprendre plus tard.

Le théâtre et le cinéma ont-ils amené un nouveau public ?
Surtout les enfants qui m’écoutaient peut-être moins. Parfois maintenant certains me parlent du film, pas de mes chansons !

C’est le fait de vieillir qui vous a inspiré une chanson politique ?
Vieillir moi? Mais je ne connais pas encore les affres de l’andropause. C’est évident qu’à 40 ans lorsqu’on devint père de famille, on se pose d’autres questions. Alors on remplace parfois les chansons de célibataire par une berceuse ! Quant à la fameuse chanson, un gars qui s’énerve lors dune discussion de bistrot l’aurait faite différemment, moi j’ai choisi de traiter l’axe politiquement correct.
Note : 4 (3 notes)
Noter cet article : 

Envoyer cette page à vos amis

Destinataires

Séparez les adresses e-mail
par des virgules
Votre message


Votre nom


Votre e-mail


Entrez le code visible ci-dessous :

Ecrire un commentaire

Votre pseudo:
Entrez le code visible ci-dessous :
 
Participer
  • Publier sur un media reconnu
  • Bénéficier d'invitations aux événements
  • Rejoindre une communauté de passionnés
Devenir membreDéjà inscrit : Connexion

Inscription newsletter Obiwi

Recevez l'information sur vos passions
E-mail :

Publier un article

  • Echanger sur vos passions, vos bons plans
  • Une équipe vous aide à rédiger un contenu pour la communauté
S'inscrire pour publier un contenu
Liens commerciaux